Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

En 105 PA, l'État Libre du Québec déclare son indépendance et quitte les États Coalisés (Rifts World Book 11: Coalition War Campaign). Les relations entre Souverain, la capitale de l'ÉLQ, et Chi-Town sont exécrables depuis plusieurs années et ce départ soudain du Québec n'a rien de surprenant. Ce qui est surprenant c'est la réaction de l'empereur Karl Prosek. Alors que la Coalition lance une offensive d'envergure contre le Royaume de Tolkeen, l'empereur décide d'ouvrir un second front à l'est contre l'État Libre. Pour un gars qui se prend pour la réincarnation d'Alexandre le grand, Napoléon et Hitler (si si), on a connu des initiatives plus inspirées que d'ouvrir un second front alors que la guerre contre Tolkeen est partie pour poutrer sévère...

L'empereur Karl Prosek est peut-être un génie du mal mais ce n'est pas un génie militaire, loin de là. Le chancelier Joseph Prosek, père de l'empereur actuel, avait réussi, de 12 PA à 14 PA, à mettre à genoux la Fédération des Magiciens avec une armée autrement moins puissante que l'armée coalisée de 100 PA. Son fils, Karl Prosek, n'a aucune campagne militaire d'envergure à son actif. Depuis sa création en 33 PA, la Coalition n'a pas étendu ses frontières par la guerre mais en incorporant des états désireux de la rejoindre: Iron Heart (Ontario) en 41 PA, l'État Libre du Québec en 51 PA, Lone Star (le Texas; Rifts World Book 13: Lone Star) en 68 PA et El Dorado (Arkansas) en 109 PA. Des opérations de conquête ou d'éradication ont bien été menées au cours des décennies qui précèdent la guerre de 105 PA, mais elles visaient des petites communautés n'ayant pas vraiment les moyens de se défendre contre l'ogre coalisé.

Karl Prosek n'est peut-être pas un génie militaire -- même si il en est convaincu -- mais c'est un excellent organisateur et planificateur. C'est lui qui a façonné la nouvelle armée coalisée, faisant d'elle l'une des plus puissantes armées humaines de la Terre des Rifts -- l'autre détenteur du titre étant l'armée de la NDR -- et, cette armée toute neuve, l'empereur escompte bien s'en servir de son vivant.

Depuis son élection comme empereur, Karl Prosek a systématiquement travaillé à faire de la Coalition un état centralisé, centralisé entre ses mains bien sûr. Et, dans le background officiel, la plupart des États Coalisés ne sont en rien des états mais juste des colonies de Chi-Town. C'est le cas de l'Iowa, de New Chillicothe (Missouri) et de Lone Star. Quant à Iron Heart, c'est vraiment l'État laquais et béni oui oui qui dit "amen" à tout ce qui sort de la bouche de l'empereur. Dans mon RIFTS à moi, l'Iowa, New Chillicothe et de Lone Star sont de véritables états, pas des excroissances de Chi-Town. Mais, comme Iron Heart, ils suivent les directives de Chi-Town sans sourciller.

L'État Libre du Québec sourcille depuis plusieurs décennies. Depuis qu'il a rejoint la Coalition en fait! Les désaccords sont nombreux (je vous met en italiques ceux qui sont propres à mon RIFTS à moi):

  • Chi-Town a contraint l'ÉLQ à retirer les Juicers de son armée de 51 PA à 56 PA. L'ÉLQ veut les réintégrer.
  • Chi-Town veut que les forces armées de l'ÉLQ cesse d'employer des Glitter Boys alors qu'ils sont la colonne vertébrale de l'armée québécoise.
  • Chi-Town reproche à l'ÉLQ le niveau d'éducation, élevé, et le taux d'alphabétisme, tout autant, de sa population. L'empereur veut des citoyens coalisés dociles et analphabètes.
  • Chi-Town est un état laïc, voire athée militant, et souhaite la séparation de l'Église et de l'État au Québec qui a le catholicisme comme religion officielle (et seule et unique religion autorisée d'ailleurs).
  • Chi-Town interdit l'emploi de toute forme de magie. Or l'Église québécoise compte de nombreux théurges dans ses rangs. La théurgie est une forme de magie divine propre aux grandes religions monothéistes.
  • Chi-Town veut que l'ÉLQ retire ses colonies, avant-postes et autres comptoirs de l'Ontario, revendiqué par l'État Coalisé d'Iron Heart.
  • Chi-Town veut intégrer les usines d'armement québécoises à son propre complexe militaro-industriel.
  • Chi-Town veut ôter toute autonomie aux forces armées québécoises et les placer sous l'autorité de son Haut-commandement.
  • Chi-Town complote directement contre les autorités élues de l'ÉLQ, cherchant à les remplacer par un gouvernement à sa botte.

Ça fait beaucoup de différents, suffisamment pour pousser l'ÉLQ à quitter la Coalition. Suffisamment pour que Karl Prosek entre en guerre pour réintégrer la nation francophone par la force.

La guerre entre les États Coalisés et l'ÉLQ va durer de 105 PA à 109 PA. C'est la Coalition qui y mettra fin de façon unilatérale quand Karl Prosek réalisera qu'il gaspille des forces précieuses dans un conflit qu'il est loin d'avoir gagné. D'autant plus qu'au même moment la Coalition est engagé dans un autre conflit, autrement plus destructeur, contre le Royaume de Tolkeen (toute la série Coalition Wars - Siege on Tolkeen).

La guerre entre Tolkeen et la Coalition c'est la Seconde Guerre Mondiale avec des mechas, des dragons et des démons. Si la Coalition est un géant militaire et industriel, le Royaume de Tolkeen est loin d'être démuni. Ses ressources humaines, non-humaines, surnaturelles et magiques sont conséquentes. Et tout ce que l'Amérique du nord compte d'ennemis de la Coalition s'est rassemblé sous sa bannière (à l'exception, notable, de la Fédération des Magiciens). Cette guerre c'est Koursk dans le Wisconsin, DunkerqueMidway et Overlord sur le Mississippi et les Grands Lacs, Berlin et Stalingrad à Saint Paul-Minneapolis... On parle de millions d'hommes et de D-Bees engagés du Dakota du sud au Michigan. Même à l'arrière du front, c'est la guerre totale. Les coalisés envoient des dizaines de milliers de commandos sur les lignes arrières de Tolkeen tandis que les Tolkeenites utilisent les lignes ley pour frapper derrière les troupes de Karl Prosek. Bref, même en s'éloignant du front, c'est ambiance GuadalcanalGreif, Albany et Boston!

Rien de tel sur le "front" québécois. Et pour cause: il n'y a pas de front! Il y a bien la Rivière des Outaouais qui sert de frontière officielle entre l'ÉLQ et Iron Heart mais elle n'a de frontière que le nom car, hormis quelques comptoirs avec deux, trois péquins, il n'y a personne! Désireux de conserver intactes les industries de Souverain -- et de rallier la population québécoise plutôt que de l'exterminer --, Karl Prosek va chercher à affaiblir l'État Libre en s'emparant des seigneuries des Terres Sauvages. Celles-ci fournissent Souverain en matières premières et en produits agricoles. Leur chute poussera l'État Libre à la reddition. En théorie.

En pratique, il y a une longue route entre les États Coalisés et la vallée marine du Saint-Laurent... Les Coalisés, dès 105 PA, passent à l'attaque et mènent l'offensive sur deux axes. L'armée partie d'Iron Heart, doit s'emparer des Duchés d'Abitibi-Témiscamingue, d'Outaouais et des Laurentides. L'armée partie d'Iroquoisie doit s'avancer vers le nord et conquérir les Duchés d'Estrie et de Montérégie. Les deux armées doivent se rejoindre dans la vallée marine du Saint-Laurent et s'emparer des Duchés de Laval et Montréal. Ceux-ci conquis, l'armée d'Iron Heart doit remonter la rive gauche de la vallée marine jusqu'à Québec, s'emparant des Duchés de Lanaudière et de Mauricie au passage. L'armée d'Iroquoisie doit remonter la rive droite, à travers le Duché Centre, jusqu'à Québec. Là, les deux armées se rejoindront et, une fois la ville prise, Souverain devrait se rendre, sans conditions. C'est le plan.

Ça ne va pas du tout se passer comme ça.

L'armée d'Iron Heart est prise à partie avant même d'atteindre la Rivière des Outaouais. Des milliers de Glitter Boys sont embusqués dans les forêts de l'Ontario. Et un Glitter Boy ça fait mal, très mal. Et, quand ça ne sont pas des régiments de GB en train de déchaîner l'enfer, ce sont les commandos, les éclaireurs québécois et leurs alliés indiens qui harcèlent les troupes coalisées. De nombreuses communautés ontariennes vassales d'Iron Heart sont anéanties sans qu'une seule colonie québécoise n'ait été encore menacée. Chi-Town doit dégarnir le front tolkeenite pour renforcer les défenses de la cité-forteresse d'Iron Heart, de crainte que les Québécois ne l'attaquent.

Au sud, ce n'est pas mieux: les armées parties de Chi-Town pour rallier l'Iroquoisie sont attaquées sans relâche en Ohio, en Pennsylvanie, et même dans l'Indiana! En Ohio et en Pennsylvanie, les Québécois ont plusieurs forts qui sont autant de pierres dans les chaussures de l'armée coalisée en marche. Les Dead Boys doivent réduire ces place-fortes avant d'espérer aller plus loin. Et une place-forte défendue par un régiment de Glitter Boys, ça ne tombe pas comme ça... Pire: les Québécois passent à l'offensive et attaquent les alliés iroquois de Chi-Town avant que l'armée coalisée n'ait atteint l'ancien état de New York.

En 106 PA, les deux armées coalisées sont encore loin des frontières québécoises. Les services de renseignements coalisés ont largement sous-estimé les capacités de l'armée de l'ÉLQ, notamment le nombre de Glitter Boys incorporés. Ils ont compté plusieurs centaines de GB au sein des divisions blindées québécoises alors que celles-ci en ont plusieurs milliers. Et plusieurs milliers de Boom Guns, ça vous retarde une invasion (Rifts World Book 22: Free Quebec)...

De 106 PA à 108 PA, les Coalisés vont constamment devoir renforcer leurs troupes engagées contre l'ÉLQ, bien au-delà de ce qui était prévu initialement. Ce renforcement du "front Est" se fait au détriment des armées opposées à Tolkeen. Les conséquences en seront dramatiques pour la Coalition puisque les Tolkeenites, en 107 PA, lancent une offensive éclair contre les Corps d'Armée les plus dégarnis. Cette offensive, appelée "la Revanche des Sorciers",  manque détruire l'armée coalisée dans son ensemble (Rifts coalition Wars 3: Sorcerer's Revenge). Le front Ouest est enfoncé sur 200 kilomètres. L'Iowa et l'Illinois sont menacés. Le Groupe d'Armées Nord doit retraiter en catastrophe et disparaît en territoire Xiticix (Rifts World Book 23: Xiticix Invasion pour en savoir plus sur ces sales bêtes). La machine de guerre conçue par Karl Prosek est en grande difficulté sur les deux fronts.

Mais le renforcement des armées de l'Est leur permet de repasser à l'offensive contre le Québec. L'armée d'Iron Heart atteint la Rivière des Outaouais en 107 PA et envahit les Duchés d'Abitibi-Témiscamingue et d'Outaouais en 108 PA. L'ÉLQ est dorénavant attaqué sur son territoire.

Au sud des Grands Lacs, l'armée coalisée nettoie l'Indiana, l'Ohio et la Pennsylvanie en 107 PA. Elle pénètre dans l'ancien état de New York en 108 PA, venant en aide à des alliés iroquois aux abois. Repoussées, les forces armées québécoises se retranchent dans le nord et l'est de l'ancien état de New York. Les Québécois sont maintenant sur la défensive. La "guerre des frontières" a considérablement réduit le nombre de Glitter Boys engagés et le nombre de pilotes de GB expérimentés.

109 PA. Les Coalisés sont aux portes de Montréal et leurs troupes avancées mènent des incursions dans les Duchés de la vallée marine du Saint-Laurent. L'ÉLQ semble aux abois. Sauf que, entre temps, les Québécois ont considérablement augmenté leurs capacités industrielles. Ils ont été aidés par TRIAX et la NDR (Rifts World Book 31: TRIAX Two), en échange de transferts technologiques massifs. Concrètement, l'ÉLQ livre à la NDR les secrets de fabrication du Glitter Boy, rien que ça.

L'armée coalisée engagée contre le Québec est à bout de souffle. Depuis "la Revanche des Sorciers", l'empereur et son état-major priorisent le front de l'Ouest contre Tolkeen. Karl Prosek est fatigué de cette guerre de guérilla qui ne mène nulle part. Les Québécois semblent déterminés à lutter jusqu'au bout et la conquête de Souverain sans combattre semble plus que jamais inaccessible. Et lointaine.

Des pourparlers de paix sont engagés dans le plus grand secret et, très rapidement, les hostilités cessent. La Coalition reconnaît l'indépendance du Québec tandis que l'ÉLQ promet de ne plus installer de colonies dans les territoires revendiqués par Iron Heart (l'Ontario) et Chi-Town (l'Indiana). Rien n'est décidé pour l'Ohio, la Pennsylvanie et New York. Karl Prosek est pressé d'en finir: il a besoin des troupes du front Est pour en finir avec Tolkeen. Fin de la guerre entre les deux nations suprématistes.

Cette guerre entre la Coalition et l'ÉLQ c'est -- si vous avez suivi cette série de posts québécois depuis le début -- un copier-coller de la Guerre de la Conquête de 1754-1760 entre la France la Grande-Bretagne. Un copier-coller 100% RIFTS à moi, avec une fin plus heureuse pour les Québécois. Cette guerre entre la Coalition et l'ÉLQ c'est Le dernier des Mohicans revu et revisité par Kevin Siembieda... Et surtout par moi.

J'étais en manque d'idées pour le Québec de RIFTS, peu inspiré par celui du Rifts World Book 22: Free Quebec. Jusqu'à ce que je découvre le projet de Batro Games de traduire Colonial Gothic. Mieux: d'en faire une version axée sur la Nouvelle-France de cette période (1754-1760): Colonial Gothic - À l'Est d'Eden.

Une Nouvelle-France Fantastique, voire horrifique... Miam miam, l'idée m'a plu de suite. Pourquoi ne pas faire du Québec de RIFTS un avatar de la Nouvelle-France d'antan, avec tout ce que ça implique: colons, aventuriers, Indiens, forêts immenses, sorcellerie européenne, magie indienne et alchimie des Lumières, missionnaires catholiques et chasseurs de sorcières, aristos et coureurs des bois... Adopté! 

Avec ce cinquième et dernier post consacré à l'État Libre du Québec, j'en ai fini momentanément avec cette partie de la Terre des Rifts. J'attends maintenant avec une certaine impatience la publication de Colonial Gothic - À l'Est d'Eden qui, je l'espère, me donnera plein d'autres idées débiles pour nourrir mon imaginaire canadien! Plein d'idées débiles qui ne donneront naissance à aucun scénario, peut-être, mais ça n'a aucune importance: imaginer c'est bien. Comme je l'écris souvent sur ce blog: penser à ce que l'on ne fera jamais jouer fait aussi partie des plaisirs du JDR!

 

Tag(s) : #RIFTS: UNIVERS MAISON, #AMÉRIQUES, #FREE QUEBEC, #COALITION, #COALITION WAR CAMPAIGN

Partager cet article

Repost 0