Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

♫ Ma cabane au Canada ♫ Est blottie au fond des bois ♫... Ah, vous êtes là? Excusez-moi, j'étais distrait. Donc, aujourd'hui, au menu: les Indiens du Québec et des territoires environnants. 

J'utilise beaucoup le terme "Indien" -- alors que je devrais dire "Américain d'origine" ou "Natif" -- mais, étant petit, je ne jouais pas aux "Cowboys et aux Américains d'origine" donc ne m'en voulez pas si j'emploie ce terme rétrograde.

Les Indiens de RIFTS sont présentés dans Rifts World Book 15: Spirit West. On y apprend que les Natifs (arrrggg...) ont assez bien survécu au Grand Cataclysme et aux Ténèbres, mieux que les Visages pâles en l'occurrence. Les habitants des réserves ont su préserver leurs communautés, mettant à profit leur isolement relatif pour échapper aux assauts des hordes démoniaques et monstrueuses. Ces dernières s'acharnant sur les grandes zones urbaines encombrées de réfugiés.

Et non seulement les Indiens des réserves s'en sont plutôt bien sortis mais leurs arrière-arrière-grands-parents sont revenus! Après un petit saut temporel de quelques siècles (thème récurrent dans RIFTS, Kevin Siembieda réemployant sans cesse les mêmes idées...). Un saut temporel, tout à fait: lisez ce post qui vous expliquera tout, ou presque. Et cette rubrique!

Lorsque les Purs sont réapparus au Québec, de nombreuses bandes et tribus n'ont pas retrouvé leurs descendants, disparus, déplacés ou assimilés. Certains Purs parcourent encore l'Amérique du nord à la recherche de leurs descendants et, parfois même, les retrouvent.

Des Purs qui avaient peut-être évité la rencontre avec les Européens des XVIème-XVIIème siècles mais qui se retrouvèrent nez à nez avec les Québécois du XXIIIème siècle (les Purs reviennent sur la Terre des Rifts un bon siècle après le Grand Cataclysme de 2098 après J.-C.). Les Québécois firent les mêmes choix que leurs ancêtres de Nouvelle-France: celui de ne pas toucher aux territoires où les Purs -- et les autres communautés indiennes -- s'installèrent. Par contre l'usage de la magie chamanique par les Purs n'alla pas sans poser quelques problèmes aux technophiles de l'État Libre qui interdirent aux Indiens adeptes des Arts magiques de s'installer trop près de Souverain... Les Purs, de leur côté, furent confrontés à la technologie et furent tenter de l'utiliser. Certain le firent. Mais les Esprits totémiques des différentes bandes et tribus le leur interdirent et l'immense majorité obtempéra.

Les Indiens survivants des réserves, face au Retour des Purs, ont activement recherché à renouer contact avec leurs "ancêtre". Avec succès le plus souvent. À raison aussi puisque les Purs ont réappris à leurs descendants les anciennes magies. Des anciennes magies qui ont aidé les Natifs à survivre dans le monde hostile de RIFTS. 700 ans après le départ des Purs dans le Monde des Esprits, les Indiens descendants retrouvaient leurs racines, intactes.

Les communautés indiennes du Québec, comme la plupart des communautés indiennes d'Amérique du nord, se sont scindées à ce moment là. De nombreux Indiens, les Traditionalistes, sont revenus à leur mode de vie antérieur à l'arrivée de l'homme blanc. Ils ont rejoint les Purs ou, plus rarement, ils ont refondé leurs propres bandes. Ce réapprentissage s'est fait dans la douleur et l'effort mais, en 100 PA, ces Traditionalistes ont un mode de vie en tous points similaire à celui de leurs ancêtres, la magie en plus.

Mais nombre d'Indiens québécois ont refusé d'abandonner la technologie pour autant. Ce sont les Modernes. Ils utilisent la Magie ET la technologie. Ils ont un mode de vie qui n'est guère éloigné de celui des colons québécois des Terres Sauvages: fermes hydroponiques, armes à feu et énergétiques, robots, ordinateurs, véhicules à moteur, électricité... Un mode de vie qui ne les a pas empêché de renouer contact avec les Esprits et de redécouvrir la Magie chamanique (Rifts World Book 15: Spirit West).

Cet emploi de la Magie les met en marge de l'État Libre du Québec qui, cependant, a adopté une politique très particulière avec les Indiens adeptes d'Arts Magiques, c'est-à-dire les Purs, les Traditionalistes et les Modernes. En règle générale, l'ÉLQ a plutôt tendance à éradiquer de son territoire tout ce qui ressemble, de près ou de loin, à une communauté de magiciens. Les Indiens sont l'exception à la règle. Non seulement l'ÉLQ les tolère mais, en plus, il existe un arrangement tacite sur la répartition des terres de chacun. Les bandes et tribus indiennes ont des territoires en propre où l'ÉLQ ne pénètre pas, jamais. De leurs côtés, les Indiens du Québec évitent de s'installer sur les terres exploitées par les Québécois "blancs", hormis pour commercer.

Car les échanges sont nombreux entre les deux communautés. Les Indiens fournissent les Québécois en fourrures, bois, produits de la terre... Et leurs achètent des biens technologiques. L'économie des communautés Modernes est essentiellement tournée vers le commerce avec l'ÉLQ. Il n'est pas rare d'ailleurs de trouver les camps indiens des Modernes à côté d'une colonie. Les grandes Compagnies coloniales favorisent ces échanges et font un lobbying intensif auprès des autorités québécoises pour que les relations entre "blancs" et "rouges" restent en l'état.

À l'inverse, les Purs et les Traditionalistes -- même si ils entretiennent des relations plutôt amicales avec les Québécois, notamment ceux des colonies des Terres Sauvages -- évitent le voisinage des Québécois de l'ÉLQ.

Et puis il y a les Renégats.

Les Renégats de RIFTS sont les Indiens qui préfèrent la technologie à la magie, ceux qui ne sont pas retournés, même en partie, aux anciennes traditions que les Purs ont cherché à enseigner à leurs descendants.

Parmi les Renégats, il y a les citoyens de l'ÉLQ ayant une ascendance indienne mais qui ont un mode de vie en tous points semblable à celui de leurs concitoyens non-indiens. Il y a aussi de rares communautés indiennes qui vivent à côté des colonies et des cités de l'ÉLQ sans en faire partie. Elles bénéficient des privilèges des autres bandes et tribus qui disposent de leurs propres territoires sans intervention de l'État Libre. Indépendantes, elles entretiennent néanmoins les mêmes relations économiques quasi-exclusives avec les Québécois que celles entretenues par les Modernes.

On peut même imaginer qu'une nation indienne du Québec ait eu sous la main une usine de Glitter Boys et ait contribué à la survie puis à l'émergence d'une nation québécoise post-apo. Les Montagnais? Abénakis? Algonquins? Toujours indépendante, hautement technophile et riche des revenus de la revente des GB à l'armée québécoise, cette nation a développé sa petite cité-forteresse à elle, où l'on préfère les extensions bioniques et cybernétiques aux danses chamaniques d'antan. On peut...

Il existe toute une tradition historique, un peu mythique, comme quoi Indiens et Français auraient entretenu des relations harmonieuses, équilibrées et empreintes de respect avant la conquête britannique de 1759-1760. Mouais. Il y a quand-même eu des abus, des massacres, des combats, des déprédations au cours des deux siècles de présence française dans cette partie des Amériques. Des deux côtés. Et si les Français ont préféré entretenir des relations équitables avec les Indiens du Canada, c'est aussi parce qu'ils étaient (les Français) particulièrement peu nombreux. Je ne veux pas minimiser les succès de cette bonne entente mais que serait-il advenu des Indiens dans un Canada français et non britannique? Leur situation aurait-elle été si différente? Ben, on ne saura jamais. Mais vous avez compris l'idée: cette "bonne entente" historique, même mythifiée, entre les Indiens et les colons de la Nouvelle-France me sert de liant, à ma sauce indienne, pour mon Québec de RIFTS à moi. Ce sont ces relations très particulières entre l'ÉLQ et les Indiens du Québec qui distinguent ces derniers des autres peuples autochtones d'Amérique du nord, tels qu'ils sont présentés dans Rifts World Book 15: Spirit West (des Indiens en plastique dans un décor de carton pâte...).

Ces relations, somme toute très pacifiques, dans mon univers de RIFTS, entre Indiens et Québécois auraient pu durer encore longtemps si la guerre contre la Coalition n'était pas venu redistribuer les cartes...

La suite bientôt.

 

Tag(s) : #RIFTS: UNIVERS MAISON, #AMÉRIQUES, #FREE QUEBEC, #CANADA, #SPIRIT WEST, #COALITION

Partager cet article

Repost 0