Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

J'ai (re)trouvé une très bonne source d'inspiration bédéistique pour RIFTS: The Arms Peddler, un manga de Kyoichi Nanatsuki (au scénario) et Night Owl (dessin; ça ne doit pas être son vrai nom...).

Le pitch:

Le monde est devenu une zone de non-droit, une terre désolée où grouillent démons et criminels de tout poil. Au bord d’une route, la famille de Sona Yuki est assassinée par des bandits. Marqué au fer rouge, le jeune garçon agonise dans un désert aride quand surgit Garami, une marchande d’armes qui lui propose un choix cruel : céder à la facilité en s’abandonnant à la mort ou bien choisir la survie dans un monde hostile et sans merci.


Lorsqu’il accepte cette main tendue, Sona découvre que l’inconnue n’a pas menti : jusqu’à ce qu’il ait remboursé sa dette, il restera l’esclave de la jeune femme. Son destin est désormais lié à celui de Garami… et plus d’une fois au cours de leur périple, il regrettera de ne pas avoir préféré la mort.

(Source: Manga News)

Voilà, voilà. The Arms Peddler c'est une Terre post-apo désertique avec ruines immenses, hordes de pillards, esclavagistes sournois, flingues à gogo, pauvres gens honnêtes tentant vaille que vaille de survivre... Mais pas que. Il y a des kilotonnes de Fantastique avec un grand F: sorcellerie, démons, créatures lovecraftiennes, épées runiques, zombies, vampires, tatouages magiques, monstres en tous genres... Une sorte de post-apo horrifique en somme.

Tout est récupérable pour RIFTS. Le mélange post-apo et Fantastique fonctionne bien, très bien même. Il y a aussi un gros côté western -- il n'y a qu'à voir le chapeau de Garami -- mais j'ai surtout été sensible à l'aspect très moyen-oriental du décor: de nombreux personnages arborent des tenues arabo-perses dans l'inspiration. Plus la gueule des villes et la sur-abondance de déserts, ça fait très Mille et Une Nuits. Et comme je suis en pleine période "La Shéhérazade qui murmurait à l'oreille de mon blog à moi"... Ça me plaît bien.

Mais ce n'est pas non plus de la grande littérature. Le scénario est sympa, sans plus. Ça se laisse lire avec plaisir. J'apprécie The Arms Peddler surtout pour son dessin, ses noir & blanc. Le trait est vif, dynamique, mettant bien ne valeur les différents aspects sus-cités. L'univers du manga est vraiment bien servi par la plume de Night Owl. Du bon travail, certifié 100% mon RIFTS à moi.

The Arms Peddler comprend sept volumes actuellement. Au vu du temps mis par le septième volume pour être publié, il n'est pas dit que le huitième sorte un jour... Dommage.

J'ai eu beaucoup de mal à trouver des extraits potables, et représentatifs, de The Arms Peddler sur l'intertoile pour illustrer ce post. Ce dernier ne rend pas forcément hommage à cette excellente série. Re-dommage. Allez y jeter un coup d'œil (à The Arms Peddler, pas à l'intertoile!) pour vous faire une opinion. 

 

Tag(s) : #RIFTS!, #BD, #MOYEN-ORIENT

Partager cet article

Repost 0