Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Cet automne 2016 a été particulièrement calme en commandes rôlistiques. Ma collection Palladium Books doit être complète à 99,9% (il me manque un supplément Nightbane) et j'ai trouvé la plupart des jeux qui m'intéressaient. Ça ne m'a pas empêché de craquer sur plusieurs nouveautés et quelques vieilleries!

La plupart des jeux achetés l'ont été pour RIFTS. C'est-à-dire que je compte bien m'inspirer de leur background et, dans une moindre mesure, de leurs règles pour muscler mon JDR préféré et nourrir ce modeste blog en idées farfelues et autres inspirations improbables.

Ça  faisait pas mal de temps que je recherchais Aliens Advenue Game de Leading Edge à un prix correct. Ça y est, c'est fait. Contrairement à ce qui est écrit plus haut, je n'ai pas vraiment acheté ce bouquin pour RIFTS. Je l'ai acheté pour faire un one shot lors d'un weekend JDR avec des potes belges et belgicisés.

Les règles sont très simulationnistes (voire carrément c****tes): je ne les ai pas utilisées. Clairement, apprendre un pavé de règles pour un one shot, bof... D'ailleurs, si j'étais honnête, je dirais que ce bouquin était totalement dispensable pour ce scénario à base d'Aliens. J'ai été, une fois encore, victime de ma collectionnite compulsive.

J'ai utilisé des petites règles maison inspirées de Wasteland et de RIFTS. Les joueurs interprétaient des mercenaires chargés de récupérer une "arme biologique" sur un monde colonisé. Un carnage: trois PJ, sur six, n'ont pas survécu. Mais je n'en attendais pas moins d'un scénario estampillé Aliens!

J'ai utilisé le système des dés d'action qui me sert pour RIFTS et, fort malheureusement, ça n'a pas plus à une bonne partie de la table. Peut-être à cause du nombre de joueurs. À RIFTS, j'ai quatre joueurs seulement (le format idéal pour moi) et le système leur convient. Pour Aliens, j'en avais six. Trop? Ou trop d'alcool: on a fait le one shot après l'apéro...

Pour conclure, j'adore ce genre de scénario: une menace qui se laisse deviner petit à petit et qui, tout d'un coup, surgit et AAAAAARRRRRGGGGGG! Bien évidemment, les joueurs ne savaient pas qu'ils jouaient à Aliens! Et ceux qui le devinaient et le suggéraient à leurs petits camarades en termes plus ou moins clairs ont vu leurs PJ se prendre une balle dans le genou par accident...

Je me suis fait offrir la Boîte d'Initiation Pathfinder. Même si je n'y ai jamais joué, j'aime beaucoup ce JDR: belle mécanique, gamme fournie, scénarios et campagnes bien fichus... Du très beau travail, vraiment. Ah, si seulement Palladium Books avait le même souci de qualité que Paizo... Oups! Pardon, je m'égare.

Comme dit dans RIFTS 2.0, le système de jeu de RIFTS n'est qu'un (mauvais?) copier-coller de D&D première époque. Aussi Pathfinder, et tous les autres clones de D&D, vont me servir à fignoler mes règles maison afin de faire de mon RIFTS à moi un jeu plus SIMPLE et plus CLAIR. En tous cas, c'est dans cette optique que je me suis fait offrir cette boîte d'initiation.

Mais attention: je veux un RIFTS plus simple que Pathfinder. Même doté d'une très belle mécanique, ce JDR est un peu trop technique pour moi: trop de dons, de compétences... Trop de trucs pour maximiser les persos en fait. En cours de jeu, je n'ai pas envie de passer plus d'une minute à calculer les avantages de tel don sur telle situation: faut que ça roule.

Ça faisait un petit moment que je ne cherchais PAS The Compendium of Contemporary Weapons. Quelle importance toutes ces armes à feu contemporaines dans l'univers futuriste de RIFTS? Sauf que...

Sauf que les fusils à pompe et les mitrailleuses c'est sympa (dans une partie de JDR, beaucoup moins au Bataclan). Et ça manquait un peu dans RIFTS... 

Sauf que, ayant prévu de changer mes règles de dégâts, toutes les armes "classiques" ont retrouvé un rôle à jouer et ne sont plus des jouets inutiles et encombrants (ce qu'elles étaient avec l'ancien système SDC/MDC).

Sauf que il me fallait ce bouquin pour compléter ma collection Palladium Books en général et les Weapons Compendiums en particulier. Voilà qui est fait.

 

J'avais déjà acquis la première édition de Barbarians of Lemuria, celle illustrée par Le Grümph. Un très chouette JDR, simple, et bien mis en images par notre stakhanoviste rôliste: j'aime son style que j'ai retrouvé avec grand plaisir dans Bloodlust Metal.

J'étais d'autant plus intéressé par cette deuxième édition qu'elle est entièrement illustrée par Emmanuel Roudier. Fasciné par le cœur qu'il met dans ses illustrations préhistoriques, j'étais curieux de voir ce qu'il allait faire avec cet univers Sword & Sorcery. Le résultat est très beau et donne une véritable cohérence visuelle à cette Lémurie imaginaire. Accessoirement, le jeu est édité par Ludosherik et -- pour avoir fait quelques affaires avec le gars aux manettes derrière la boutique -- je m'attendais à une édition de qualité. Je n'ai pas été déçu.

RIFTS a ses propres Lemurians, une civilisation antédiluvienne d'anciens humains bienveillants transformés en surhommes amphibies par leur maîtrise de la biomancie (une des 568 formes de magie de RIFTS; Rifts World Book 32: Lemuria).

Originaires de l'océan Indien, et de retour sur la Terre des Rifts, j'ai bien envie de les rattacher à la Lémurie mythique. Comme le Yucatan de Rifts Vampire Sourcebook, la Lémurie sera en fait située dans une autre dimension et accessible via différents Rifts éparpillés dans l'océan Indien et les terres riveraines. Ma Lémurie de RIFTS sera un continent (oui, un continent) très Sword & Sorcery, bien évidemment. Pas tant du fait de Barbarians of Lemuria que du besoin de situer, quelque part sur ma Terre des Rifts, un setting inspiré du plus célèbre des barbares: Conan. Atlantis et Mu remplissant d'autres fonctions, l'antique Lémurie me paraît fort adaptée pour accueillir ce background. Les Lemurians de RIFTS apporteront la touche d'originalité à cet univers. Je vous en dis un peu plus dans un prochain article... Dans dix ans.

 

 

Ce n'est pas du JDR mais presque. J'ai acheté les deux premiers tomes du comics The Mechanoids. Tirés du JDR homonyme, ces comics n'ont pas grand intérêt. Dessin plutôt moche, lettrages touffus et serrés, cases encore plus serrées... Je ne vous vend pas du rêve.

Mais fan de Palladium, je n'ai pas résisté à la tentation! Et j'adore les Mechanoids! Ils font vraiment partie des grands méchants emblématiques du Multivers de RIFTS. 

Chaque volume comprend une partie dédiée au JDR The Mechanoids dans les dernières pages. Et il ne s'agit pas d'une simple présentation: les comics reprennent les règles, toutes les règles.

J'ai à peine survolé les deux premiers tomes mais, étant un grand malade, je vais vite me procurer le troisième! Cinq tomes étaient prévus mais les acheteurs potentiels, plus lucides que moi, ont su mettre le holà à une série qui, définitivement, n'avait pas grand chose pour elle...

En JDR, vous disposez de The Mechanoid Invasion Trilogy, le jeu originel de 1981-1983 compilé en un seul volume, The Mechanoids, la deuxième édition de 1985, et, enfin, du supplément RIFTS, Rifts Sourcebook 2: The Mechanoids.

 

 

Je n'ai pas su attendre Noël et je me suis procuré Degenesis avant l'heure. Deux ouvrages ruineux mais très beaux. Tout ne me plaît pas d'un point de vue graphique mais l'éditeur s'est vraiment débourré dans l'aspect visuel du jeu. 

J'ai un intérêt quasi-nul pour le système de jeu. Ce qui m'intéresse, clairement, c'est le setting. L'Europe de Degenesis est une excellente source d'inspiration pour l'Europe de RIFTS. Jetez plus qu'un coup d'œil à l'article du Grog.

Je me suis offert, aussi, le très bel écran qui, peut-être, me servira pour RIFTS.

Tag(s) : #COLLECTION JDR, #PALLADIUM, #EMMANUEL ROUDIER ART, #MECHANOIDS, #LEMURIA, #RIFTS 2.0, #EUROPE, #WAYNE REYNOLDS ART, #JOHN ZELEZNIK ART

Partager cet article

Repost 0