Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

Hier soir, je me suis maté le dernier épisode de la série Claymore. Il y en a 26 au total (épisodes), de 23 minutes. Je dis "série" mais en vérité je ne sais pas si c'était effectivement une série, destinée à la TV, ou un (une?) OVA, destinée au marché vidéo (DTV chez nos amis anglophones). La série est issue du manga homonyme. Vous trouverez, sur Manga News, un dossier très complet consacré à ce manga. Je ne l'ai pas encore lu mais la série m'a donné envie d'y jeter un coup d’œil. Et les quelques dessins glanés sur l'intertoile me font envie.

De quoi ça parle? De guerrières tueuses de démons dans un monde médiéval-fantastique. Le monde en question est plutôt moche. Autant les japonais font de très jolies choses en règle générale, autant ils ne sont pas toujours très inspirés quand ils essayent de dessiner un univers de Fantasy "européen". Mais le principal intérêt de la série ce n'est pas son décor, ni son animation, très correcte. Ce sont clairement ses personnages et leur histoire.

Les guerrières tueuses de démons sont plutôt belles quant à elles mais la série ne fait pas pour autant dans le fan service: c'est du shonen "pudique". Elles sont appelées Claymores, en lien avec les énormes épées qui les accompagnent partout. La touche "écossaise" ne se limite pas au seul nom des guerrières puisque l'on entend régulièrement de la cornemuse dans la BO de la série.

Les Claymores appartiennent à une mystérieuse Organisation qui vend leurs services contre monnaie sonnante et trébuchante. Les démons qu'elles chassent sont appelés Yomas (dans les épisodes que j'ai vus en streaming) ou Malebêtes (en DVD...). Ils sont capables de prendre apparence humaine et se dissimulent dans les villes et les villages, incognito. Quand leurs exactions les font repérer, les humains font appel à l'Organisation pour s'en débarrasser. L'Organisation envoie une Claymore faire le boulot, plusieurs si l'adversité est de taille.

Les Yomas ne font pas trop le poids face aux Claymores mais, très rapidement, on découvre qu'il existe d'autres adversaires beaucoup plus dangereux: les Affamés, les Éveillés, les Abyssaux... Je ne rentre pas dans les détails afin de réserver quelques surprises à celles et ceux qui auront la curiosité d'aller regarder la série. Je rajouterai seulement que le principal adversaire des Claymores ce sont elles-mêmes. Car elles ne sont pas de pures humaines. Elles sont en partie Yomas! C'est l'utilisation de leur Yoki / Maleforce, couplé à leur entraînement, qui leur permet de tenir tête aux Yomas. Mais ce Yoki les condamne à se transformer un jour ou l'autre en l'un de ces démons qu'elles pourchassent...

Les Claymores de cette série sont des personnages particulièrement attachants. Certains de leurs adversaires aussi! L'héroïne de la série, Claire, n'est pas un Claymore tout à fait comme les autres. Désignée comme la numéro 47 (sur 47 guerrières...), elle est officiellement la plus faible de l'Organisation. On découvrira au fil des épisodes qu'il n'en est rien. On découvrira aussi pourquoi, sans que la série ne réponde à toutes les questions pour autant.

J'ai adoré. La fin m'a un chouïa laissé sur ma faim mais, comme MJ, je sais à quel point il est difficile de conclure en beauté une bonne histoire... Et, en l'occurrence, Claymore est une excellente histoire. Et une chouette série: regardez-la si vous aimez l'animation nippone et le médiéval-fantastique. Et si vous n'aimez pas l'animation nippone et le médiéval-fantastique, regardez-la quand-même! La vie est pleine de (bonnes) surprises.

J'ai ma petite idée sur ce que cette série peut apporter à mon RIFTS à moi... Des guerrières à moitié démons, condamnées à se transformer... Avouez qu'il y a du potentiel! Je vais essayer de refourguer le concept dans mon RIFTS à moi.

Le nom de la série/manga, Claymore, m'a fait penser à l’Écosse... Des guerriers en kilt qui chassent les démons des Highlands avec des épées géantes, ça peut être sympa. L'Écosse de RIFTS est vaguement présentée dans le Rifts World Book 3: England. On apprend que la contrée est envahie par les féroces Formoîrés -- qui ont déjà eu droit à leur post -- et que les dieux celtes y traînent leur guêtres. C'est peu. Un Rifts Scotland était annoncé... en 1998, dans The Rifter #1. On n'en verra, à priori, jamais la couleur.

Bon, j'avoue que des écossais porteurs de grosses épées ça me fait aussi penser au film Highlander mais je me disperse facilement. Restons sur l'idée de guerriers sur-humains à moitié démoniaques. J'ai une piste de travail avec un précédent article sur les Vrais Atlantes de Grande-Bretagne. J'y mentionnais un clan atlante disparu: les Ulaid. Totalement intégrés à la nation picte, ils vécurent au nord du mur d'Hadrien jusqu'à l'An Mil où ils disparurent mystérieusement.

Et si ils étaient toujours présents sur la Terre des Rifts en 2386 après J.-C.? Si c'était eux les créateurs des guerriers-démons? Je m'explique. Dans Rifts World Book 2: Atlantis et Rifts World Book 21: Splynn Dimensional Market, on découvre différentes formes de magie développées par les Vrais Atlantes (et récupérées par les infâmes Splugorths). L'une de ces formes de magie nous ouvre pas mal de possibilités ludiques; il s'agit de la magie runique.

La magie runique consiste à incorporer, contre son gré, une créature surnaturelle à l'intérieur d'un objet (en recourant à des runes magiques: c'est simple le JDR). Ceci afin d'utiliser les pouvoirs de la dite-créature à votre profit. Par exemple: vous mettez un démon du Chaos dans une belle épée noire et vous obtenez une magnifique épée-démon runique mangeuse d'âmes... Oui: je soupçonne Kevin S. d'avoir pompé comme un gros coquin le Cycle d'Elric de Michael Moorcock. Et il a eu raison!

La créature surnaturelle enfermée dans l'objet peut être de toute sorte: fée, démon (Rifts Dimension Book 10: Hades - Pits of Hell), diable (Rifts Dimension Book 11: Dyval - Hell Unleashed), dragon... Les possibilités sont infinies. Il faut juste que l'entité liée soit une créature surnaturelle ou magique.

Cette magie runique n'est pas l'apanage des Vrais Atlantes et des Splugorths. Les Nains la maîtrisent eux-aussi ainsi que, j'imagine, les dieux d'Asgard et de Vanaheim. Car les runes en question ce sont bien les runes germaniques dont il s'agit. Et j'imagine qu'il peut en exister d'autres formes: hiéroglyphes, kanjis, linéaire (A, B ou C)...

C'est une magie maléfique. On parle quand-même d'enfermer, et d'asservir, une créature dans un objet ad vitam aeternam... Hormis par les Splugorths et leurs serviteurs, la magie runique n'est plus guère utilisée. Tous les Vrais Atlantes condamnent son usage. Enfin, presque tous. Parmi ceux qui s'en servent encore, on trouve donc le clan Ulaid des hautes-terres d’Écosse.

Sauf que les Ulaid n'enferment pas de créatures surnaturelles dans des objets. Non, ils les enferment dans des corps vivants.

Voilà mon idée: les Vrais Atlantes du clan Ulaid ont créé une race de super-guerriers en enfermant, grâce à la magie runique, des créatures surnaturelles dans des combattants humains, atlantes ou humanoïdes. Appelons ces guerriers les Porte-Runes. Et là je fais un lien avec les "runes vivantes" de l'excellent supplément Vendel-Vesten pour Les Secrets de la 7ème Mer.

Ces Porte-Runes sont des combattants redoutables puisqu'ils disposent des pouvoirs de "leurs" créatures. Ils s'en servent pour lutter contre les envahisseurs démoniaques qui accablent l’Écosse: les Formoîrés, les gigantes, les cernums, les pirates-loups... Seul souci, la créature enfermée dans leur corps finira par prendre le dessus. Les Porte-Runes sont condamnés, à terme, à se transformer en démon, diable, dragon... Et à voir leur être profond éradiqué dans le processus de transformation. Seule solution: se faire décapiter par l'un des leurs avant ce terme. Les Ulaids récupèrent le corps, la créature, et implanteront cette dernière dans le corps d'un autre combattant.

Les combattants - qu'ils soient Vrais Atlantes, humains ou D-Bees - sont, selon moi, des membres volontaires (quoique...), et particulièrement désespérés, des quelques tribus de survivants qui hantent les Highlands. Je les imagine équipés d'une bonne vieille grosse épée à deux mains (à 3D12 MD) à la RIFTS: une vibro-sword. Les vraies claymores n'étaient pas si grandes que ça mais nous tricherons et appellerons ces épées géantes des "claymores", pour le fun.

Quand ils utilisent les pouvoirs des créatures incarnées, les Porte-Runes se transforment. Ils gagnent, temporairement, des caractéristiques physiques des entités enfermées dans leur corps. Plus ils utilisent ces pouvoirs, plus ils se rapprochent de la "limite" où la créature incarnée (incarcérée) s'emparera de leur âme et de leur corps. Visuellement, ça peut être sympa. Ludiquement, tout autant.

Concernant ces créatures incarnées, comme dit plus haut, on peut utiliser les démon de Rifts Dimension Book 10: Hades - Pits of Hell et les diables de Rifts Dimension Book 11: Dyval - Hell Unleashed, les dragons de Palladium Fantasy RPG: Dragons & Gods... D'autres créatures de Rifts Conversion Book One et Rifts Dark Conversions peuvent servir.

J'aurais bien placé la résidence du clan Ulaid dans le château d'Eilean Donan (je n'ai pas oublié mon trip Highlander...) mais, fort malheureusement, celui-ci est immergé sous les eaux de l'Atlantique depuis le Grand Cataclysme! Un autre château écossais fera bien l'affaire. Dunottar Castle? Stirling? Ce n'est pas le choix qui manque...

Quels sont les objectifs du clan Ulaid? Officiellement, ils veulent chasser les Formoîrés et les autres sales bêtes issues des enfers de leur terre d'adoption. Officieusement, je n'en ai aucune idée pour l'instant. Après tout, ils ont recours de la magie noire et ça ne serait pas le premier clan atlante à mal tourner (les Mechanoids sont d'anciens Vrais Atlantes, si j'ai bien compris; Rifts Sourcebook Two: The Mechanoids)... Mais ce n'est pas obligé. Les Vrais Atlantes ont à cœur de purger le Multivers de ses entités maléfiques. Peut-être que le clan Ulaid a choisi de payer le prix fort -- et de le faire payer aux volontaires -- pour mener sa tache à bien: purger l’Écosse. Le Multivers, ce sera pour après.

Le concept des Porte-Runes peut être décliné dans d'autres parties de la Terre des Rifts, voire du Multivers, sans trop de souci.

Les illustrations, hormis celle de couverture, sont de Simon Bisley, un des illustrateurs de la BD furieusement celtique Slaine. Elles vont bien avec mes Highlands post-apo.

Claymore, l'Ecosse & les Porte-Runes
Tag(s) : #RIFTS: UNIVERS MAISON, #EUROPE, #ANIMATION, #BD, #SIMON BISLEY ART, #DARK CONVERSIONS, #O.C.C & R.C.C., #SCOTLAND, #ENGLAND, #SECRETS OF THE ATLANTEANS, #BOOK OF MAGIC

Partager cet article

Repost 0