Overblog Suivre ce blog
Editer l'article Administration Créer mon blog

A Noël, j'ai aussi craqué pour la cinquième édition de In Nomine Satanis / Magna Veritas: INS/MV - Génération Perdue (plus l'écran, assez beau dans son genre non-figuratif...).

Comme dit précédemment, j'adore les jeux de Croc et INS/MV en particulier. Aussi je n'ai pas su résister à la tentation d'acquérir son dernier ouvrage, d'autant plus que le monsieur n'écrit plus guère pour le JDR.

Le livre est très beau à l'extérieur, un peu moins à l'intérieur. Les règles sont très simples, voire simplistes, mais ça ne me dérange pas vu que je préfère les mécaniques accessibles. Seul bémol concernant les règles: les capacités différentes du PJ selon que l'ange/démon possède complètement -- ou pas -- "son" humain. C'est vite expédié dans les règles, et pas très clair pour moi. Ça m'a fait penser aux URC de Heavy Metal, en moins drôle et moins causant.

J'ai aussi eu du mal avec les nouvelles. J'ai les ai trouvées un peu obscures et pas très drôles. Peut-être parce que je ne maîtrisais pas le background de INS/MV aussi bien que je le pensais.

Concernant le background, j'ai un peu de mal avec la disparition des hiérarchies céleste et infernale. INS/MV, dans ses précédentes incarnations, était clairement un JDR "à missions". Et là: plus du tout! Jouer un ange au service d'archanges totalement azimuthés c'était un grand bonheur ludique. Et je ne parle même pas des princes-démons. Maintenant on va se la jouer solo et c'est plus la même. J'ai aussi du mal avec la réduction drastique des pouvoirs et des supérieurs. Peut-être dans les suppléments...

Bref, y a des changements majeurs qui ont pas mal bousculé mon conservatisme indécrottable... Aussi je concède que, quand-même, cette nouvelle mouture est un très bon jeu. Je recommande.

Tag(s) : #COLLECTION JDR

Partager cet article

Repost 0